Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

mardi 12 décembre 2017 à 20h30

Projection Débat: Water makes money

A Durfort, comme dans d'autres communes de la Communauté de Communes Piémont Cévenol, la gestion de l'eau se fait en régie municipale.

Citoyens et élus sommes très attachés à ce mode de gestion que nous souhaitons conserver.

Depuis le début des années 2000, plus de 300 communes en France ont fait le choix d'abandonner la gestion confiée aux sociétés privées pour un retour en régie publique. Entre autres Paris, Grenoble, Rouen, Montpellier, Castres ou Cherbourg…

Très récemment encore, lors d'une délibération du 6 novembre, le conseil de communauté de Metz Métropole a ainsi voté la création d'une régie des eaux métropolitaine et d'un syndicat des eaux de la région messine.

C'est facilement compréhensible : en moyenne, la gestion privée est toujours plus chère de 25 % que la gestion publique, et l'entretien du réseau, notre patrimoine à tous, est très souvent réalisé avec plus de soin en régie publique qu'en régie privée.

La loi Notre, du 7 Août 2015, prévoit que le transfert des compétences « eau et assainissement » vers les communautés de communes sera obligatoire à partir de 2020.

Qu'est-ce que cela veut dire ?

En 2020, si cette loi est votée en l'état, nous ne pourrons plus choisir comment gérer l'eau dans notre commune.

Mais rien n'est encore fait.

Cette loi est toujours en discussion au Parlement : les députés et les sénateurs ne parviennent pas à se mettre d'accord. Et de nombreux maires en France refusent qu'on leur retire la capacité de choisir leur mode de gestion de l'eau.

C'est aujourd'hui que nous pouvons influer sur le cours des choses.

Le film « Water makes money » montre les enjeux de la gestion de l'eau (gestion privée et gestion publique), les dérives de corruption bien souvent à l'oeuvre dès que le privé l'emporte, et les avantages indéniables de la régie publique.

Venez nombreux débattre en présence de Nicole Pratlong, maire de Durfort, d'autres élus de Durfort et de communes environnantes, et des citoyens engagés qui refusent que la gestion de notre eau, un bien commun, tombe dans l'escarcelle des multinationales de l'eau !

Document au format PDF:

Source : message reçu le 5 décembre 09h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir