Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

lundi 20 février 2017 à 18h

Justice pour Théo : Rassemblement devant Carré d'Art !

Nîmes crie Justice pour Théo !
Lundi 20 février à 18 h devant Carré d'Art: Rassemblons nous contre les violences policières.

Jeunes Communistes du Gard

Source : https://www.facebook.com/events/1777801095880
Source : message reçu le 16 février 14h

lundi 20 février 2017 à 18h

Carré d'art Nimes

R

assemblement citoyen

lundi 20 février, à 18 heures,

devant le carré d'Art à Nîmes.

Le FN demande au préfet du Gard de faire interdire le rassemblement citoyen prévu pour Lundi 2

0

février à Nîmes pour réclamer Justice pour Théo et les autres . Nous appelons tous les démocrates, les associations et partis démocratiques à venir nombreux lundi pour démontrer au FN qu'il ne fait pas la loi dans notre république, et qu'un parti fondé par d'anciens OAS et Waffen SS est mal placé pour donner des leçons de démocratie.
LUNDI 20 février dans le calme et avec détermination nous appelons toutes celles et ceux qui ont à cœur les valeurs d'humanité, toutes celles et ceux qui veulent opposer l'égalité et la fraternité au racisme et au mépris social, toutes celles et ceux qui jugent urgent de rétablir la confiance entre les citoyens et les forces de police à être présents .
Pietro Truddaiu membre de l'éxecutif du PCF GARD
Clément Luy responsable départemental des Jeunes Communistes Gard

A l'initiative des organisations suivantes : Cran, Ligue des droits de l'Homme, Mrap, SOS Racisme, CGT et FSU

,

Avec le soutien de l'AMF, la Confédération nationale du logement, la FTCR, , Unef…

Les faits qui se sont produits à Aulnay-sous-Bois sont graves.

Le déni par les autorités policières, les déclarations racistes qui en ont suivi sont inacceptables. Inacceptables pour les premiers visés, qui supportent quotidiennement des contrôles dont chacun sait qu'ils n'ont qu'un très lointain rapport avec la réalité de la délinquance.

Inacceptables pour toutes celles et ceux qui souhaitent bénéficier d'une police respectueuse des personnes et de leurs droits, garante des libertés et de la sécurité publique.

Inacceptables, enfin, pour la police elle-même, dont l'honneur est entaché par ces comportements.

Lorsque des agents ayant autorité outrepassent leurs droits et violent ceux des autres, ils menacent le pacte républicain qu'ils sont chargés de défendre.

Les faits qui se sont déroulés à Aulnay sont d'une exceptionnelle gravité. Mais ils sont loin d'être isolés. Il est temps d'y porter un coup d'arrêt, temps de réaliser qu'au-delà des faits incriminés, c'est l'ordre public lui-même qui est mis en cause, et, avec lui, la sécurité de toutes et tous.

Nous rappelons avec force que la loi puise sa force dans le fait qu'elle vaut pour tous et que la République n'a d'avenir que dans le respect de sa devise.

C'est pourquoi nous appelons toutes celles et ceux qui ont à cœur les valeurs d'humanité, toutes celles et ceux qui veulent opposer l'égalité et la fraternité au racisme et au mépris social, toutes celles et ceux qui jugent urgent de rétablir la confiance entre les citoyens et les forces de l'ordre, à organiser des rassemblements largement unitaires de solidarité et de protestation en soutien à Théo, contre des dérives policières auxquelles il faut porter un coup d'arrêt.

Nous appelons le gouvernement à prendre la mesure de la gravité des événements et à prendre en compte les propositions portées par la société civile en matière de lutte contre le racisme et de sécurité publique.

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir